par delà la surface lisse des choses

12 août 2019

L'ordre du jour - Eric Vuillard

IMG_20190812_093256

Ce récit pour lequel Eric Vuillard a obtenu le prix Goncourt en 2017 est une remarquable approche des éléments fondateurs de la Deuxième Guerre mondiale.

Sur la couverture du livre, la photo représente Gustav Krupp en 1931. Il est alors à la tête de la multinationale Krupp et il sera jugé à la fin de la guerre, au procès de Nuremberg. 

Il fait partie des 24 grands patrons des plus importantes entreprises allemandes - avec Siemens, Bayer, Opel… - qui rencontrent Goering au début du récit, en février 1933, et acceptent de collaborer docilement avec le nouveau chancelier, Adolf Hitler et de financer la campagne du parti nazi.

Eric Vuillard nous fait pénétrer dans l’antichambre de la la deuxième guerre mondiale en s’appuyant sur des scènes véridiques et ignorées. Il pointe avec acuité et ironie parfois la complaisance et la lâcheté des hommes politiques anglais, français, autrichiens face à Hitler en relatant une série de rencontres déterminantes entre 1933 et 1938 et la mise en place de la propagande, de la désinformation et de la manipulation des foules aveugles, résignées et parfois veules. Et il nous rappelle que pour un certain nombre d'Allemands et d'Autrichiens, la seule voie de résistance envisageable fut le suicide. Son analyse est implacable.

Les entreprises dont les dirigeants étaient présents à cette réunion de février 1933 existent toujours et elles ont même prospéré bien qu'elles aient fait travailler dans leurs usines, pendant des années, les déportés des camps... Mais ne dit-on pas que l'argent n'a pas d'odeur... 

« Ils sont là, parmi nous, entre nous. Ils sont nos voitures, nos machines à laver, nos produits d'entretien, nos radios-réveil, l'assurance de notre maison, la pile de notre montre. Ils sont là partout, sous forme de choses. Notre quotidien est le leur » 

Ce récit demeure d’une étonnante et désespérant actualité car les politiques,  aujourd’hui toujours, continuent de se soumettre au grand capital car sans lui rien n’est possible.

 

Je n’aurais sans doute jamais ouvert ce livre qui n’est, a priori, pas dans mon champ de lecture si mon amie Ghislaine ne me l’avait offert. Merci à toi.

Posté par sawatdika à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


13 juillet 2019

Le soleil des Scorta - Laurent Gaudé

Capture d’écran 2019-07-13 à 08

 

Après de nombreuses années d’exil, Luciano Mascalzone est de retour à Montepuccio, petit village des Pouilles  brulé et asséché par le soleil.

Déterminé à prendre ce qu’il pense lui revenir Luciano Mascalzone, tueur en série et renégat, revient après de nombreuses années d'exil , bien décidé à prendre , de force s'il le faut, ce qu'il estime lui revenir de droit ! Le viol va ainsi  fonder la lignée des Scorta qui s’établit, dans l’opprobre, à Montepuccio avant un bref exil des trois enfants de Rocco, l’enfant du viol, lorsque ce dernier meurt.

Avec le soleil des Scota, Laurent Gaudé nous offre une brulante et foisonnante saga familiale que nous livre Carmela, la matriarche, avant de mourir.

 Une histoire de famille sur la filiation, l’appartenance viscérale à une terre aride, la transmission… avec des personnages rudes et déterminés à se dégager de la pauvreté. Ils sont voleurs, violents… Mais il existe entre eux une telle solidarité, un tel sentiment d’appartenir à une famille, une telle volonté de transmettre aux générations futures la petite étincelle de joie que leur vie traversée d’épreuves et d’orages leur a laissée que nous ne pouvons que nous attacher à eux avec sympathie.

Le soleil des Scorta est un roman solaire haut en couleurs qui se situe de 1875 à nos jours dans un petit village des Pouilles qui semble oublié des Dieux même si le curé y est toujours présent. 

Avec son style unique - que j'aime particulièrement - Laurent Gaudé nous offre ce récit brulant porté par l'amour familial.

Posté par sawatdika à 08:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 juillet 2019

Nadia Hashimi - la perle et la coquille

Capture d’écran 2019-07-08 à 10

« L’eau de mer supplie la perle de briser sa coquille »  

Jalal ad-Din Muhammad Rumi - poète persan du XIIIème siècle

 

Kaboul 2007

Les Talibans font la loi dans le pays. Avec un père toxicomane et enrôlé dans les forces talibanes et sans autre mâle dans la maison, Rahima, sa mère et ses soeurs ne peuvent plus sortir de la maison. La seule solution se trouve dans la tradition des bacha posh qui permet à une fille de se donner l’apparence d’un garçon jusqu’à ce qu’elle soit en âge de se marier. En devenant pacha poshRahima, la troisième des cinq filles, va accéder à l’instruction en allant à l’école, courir et jouer dans la rue, faire les courses au marché... découvrir la liberté. Elle en garde un désir d’émancipation et sa vie fait écho à celle de son aïeule Shekiba qui vécut un siècle plus tôt. Parce qu'entre le moment où Shekiba entend le discours du roi Amanullah affirmant que le Coran n’a jamais imposé le port du tchador et le mariage de Rahima rien n’a changé. 

Le régime des Talibans n’a rien inventé ! Il n’a été que le retour à des traditions barbares qui existaient déjà au XIXème siècle : le port de la burqa, le mariage forcé, la lapidation des femmes adultères, l’exigence de soumission pour éviter les coups de fouet et autres brutalités selon l’humeur du maître, la vente ou l’échange des filles pour rembourser des dettes…

Mais, si la vie est difficile, c’est parce qu’Allah en a voulu ainsi et il faut se résigner à sa condition de femme esclave. La religion et les traditions ne sont que d’autres noms pour la superstition et l’ignorance et elles permettent à certains de prendre le pouvoir sur d'autres. C'est parce que seule l’éducation est le moyen de ne pas rester dans l’ignorance que les filles sont interdites d’école.

Nadia Hashimi a du talent et elle nous captive avec le récit de ces deux femmes qui, malgré les obstacles, les épreuves et les souffrances - et parce que, à un moment, elles ont pu accéder à l’instruction - se battent avec détermination pour leur émancipation.

Si le sujet de ce roman est la condition de la femme dans l’Afghanistan d’hier et d’aujourd’hui on ne peut s’empêcher d’y trouver un écho à bien d’autres pays musulmans dans lesquels le Coran a été détourné au profit de la bêtise et de la brutalité des hommes.

Même s’il y a encore beaucoup à faire pour la condition des femmes dans le monde, on ne peut s’empêcher de penser qu’on a eu de la chance d’être nées en Occident.

Posté par sawatdika à 10:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

05 juillet 2019

Si la lune éclaire nos pas - Nadia Hashimi

IMG_20190705_083627

 

« Si la lune éclaire nos pas » le dernier roman de Nadia Hashimi est une superbe saga sur l'immigration, les frontières, les barrières et la volonté de survivre d’une famille sur la route de l'exil.

Tout le monde considère Fereiba, l'héroine du roman, comme maudite parce que sa mère est morte en couches au moment de sa naissance.  Kogogul, sa belle-mère, ne lui assure pas une enfance facile en considérant que sa place n’est pas à l’école, mais à la maison pour la seconder dans les tâches ménagères. Mais c’est sans compter sur la volonté d’apprendre de Fereiba qui arrache l'autorisation d'aller à l'école et intègre le cours préparatoire avec six ans de retard.   

Lorsque Kaboul tombe sous le joug des talibans et que son mari,  considéré comme un opposant au régime est assassiné, Fereiba est livrée à elle-même. Veuve, donc renégate, sa vie devient impossible dans la capitale afghane et elle prend la décision de fuir avec ses trois enfants pour rejoindre sa soeur partie à Londres quand cela était encore facile. Elle entreprend un voyage périlleux, bien plus difficile qu’elle ne l’avait imaginé, à travers l’Iran, la Turquie, la Grèce, l’Italie. Les routes sont semées d’embûches - clandestinité, errance, faim, peur, danger… et Salim, le fils aîné de 13 ans, adolescent grandi trop vite, tente d’assumer le rôle de chef de famille. 

Mais sur la route de l’exil, Salim est arrêté par la police en Grèce et il est expulsé vers la Turquie. Fereiba n'a d'autre choix que de continuer sa route avec ses deux plus jeunes enfants.

Salim, lui, trouve la force de redresser la tête et d'affronter les épreuves, de se battre pour tenter, coûte que coûte, de rejoindre sa mère à Londres.

Les quelques aides bienveillantes qu'il rencontre le confortent dans sa détermination à poursuivre sa route. Quoi qu'il en soit, il n'a pas d'autre choix.  

Des exploiteurs de main-d’oeuvre bon marché à la dérive mafieuse, des camions de passeurs aux bateaux clandestins, des squats aux camps de réfugiés… il fait face aux embûches et poursuit sa route jusqu’à la jungle de Calais.

Nadia Hashimi nous plonge au coeur de cette dure réalité que doivent affronter des millions de réfugiés aujourd’hui et que nous occultons. La lecture de ce roman nous met face à nos responsabilités de nantis envers ceux qui n’ont d’autre choix que de fuir et qu’on se contente bien souvent de ne voir que comme des perturbateurs de notre économie occidentale sans imaginer les drames intimes qu'ils vivent.

Merci Nadia Hashimi pour ce beau livre salutaire.

"La vie est difficile ici-bas. Nous perdons nos pères, nos frères, nos mères, nos oiseaux chanteurs, et des fragments de nous-mêmes. Les fouets s'abattent sur les innocents, les honneurs vont aux coupables, et il y a trop de solitude."

"Tu verras plus tard. Chaque petit effort porte ses fruits. Regarde-moi. j'ai la chance de savoir lire. C'est une bougie dans une pièce sombre. Ce que j'ignore, je peux le découvrir par moi-même. Il est plus facile de duper quelqu'un qui n'a pas cette autonomie."

Nadia Hashimi, née en 1977 de parents afghans immigrés aux Etats Unis, est une pédiatre et écrivaine américaine.

Posté par sawatdika à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 juin 2019

voyage à Prague

place venceslas

En cliquant sur le lien ci-dessous, vous pourrez accéder au carnet de mon voyage à Prague

 

5 jours à Prague - Carnet de voyage

Carnet de voyage : quelques jours à Prague avec mes filles Gaëlle et Emmanuelle

https://www.myatlas.com

 

Posté par sawatdika à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


24 juin 2019

canicule

Capture d’écran 2019-06-24 à 12

 

canicule... canicule... On ne parle que de ça ! 
1° Ne se passe-t-il rien de plus important dans le monde ?
2° A quoi et à qui est dû le dérèglement climatique ?
3° Ne sommes-nous pas des citoyens, donc responsables de ce qui se passe ?
4° Apprenons à consommer différemment !
5° L'écologie est le problème de tous
6° Apprenons à exiger au lieu de subir

Posté par sawatdika à 12:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 juin 2019

Roussillon en Provence

IMG_20190612_191531

 

Classé parmi les plus beaux villages de France, Roussillon fait partie du parc naturel du Luberon et se trouve au coeur du plus important gisement d’ocre au monde. C’est de là que partent les sentiers des ocres.

Dans un écrin de verdure, Roussillon est sillonné par un dédale de rues pittoresques bordées de maisons aux façades harmonieuses et colorées car l’ocre est partout.

La promenade est un enchantement…

IMG_20190612_190153

IMG_20190612_190539

IMG_20190612_191737

IMG_20190612_192013

IMG_20190612_190037

IMG_20190612_190852

IMG_20190612_190938

IMG_20190612_191433

 

IMG_20190612_194122

IMG_20190615_173328

Posté par sawatdika à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 juin 2019

le sentier des ocres

IMG_20190612_185551

Longtemps exploité en carrière le site a aujourd’hui été rendu à la nature puis aménagé pour accueillir des milliers de touristes qui viennent découvrir cette merveille de la nature en empruntant l’un des deux sentiers dont le point de départ se situe  dans le village de Roussillon

La promenade au milieu de ce labyrinthe multicolore est ponctuée de haltes pour la consultation de panneaux explicatifs sur la formation et l'exploitation de ces fameuses carrières d'ocre.

L’ocre est un pigment naturel que les peintres connaissent bien et qui se mêle au sable des falaises. L’oxyde de fer le colore du jaune au rouge violacé.

A la fin de la promenade, je demeure émerveillée par ces visions que le soleil couchant rendait encore plus féériques.

IMG_20190612_175543

IMG_20190612_180020

IMG_20190612_182052

IMG_20190612_182258

IMG_20190612_182415

IMG_20190612_182710

IMG_20190612_182749

IMG_20190612_182824

IMG_20190612_180043

IMG_20190612_180103

 

 

 

Posté par sawatdika à 23:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Saint Remy de Provence

IMG_20190612_150710

Petite capitale de la région des Alpilles, Saint Rémy de Provence est un ravissant village provençal dans lequel est né Nostradamus. Je dis "petit village" parce qu'il abrite une dizaine de milliers d'habitants en période normale mais en période touristique il est totalement envahi !...

IMG_20190612_150831

IMG_20190612_151130

IMG_20190612_152051

IMG_20190612_152057

IMG_20190612_152711

IMG_20190612_152716

IMG_20190612_153536

IMG_20190612_172148

Posté par sawatdika à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

les Carrières de Lumières

IMG_20190612_104506

 

C’est au XIXème siècle que commence à être exploitée la carrière des Grands Fonds connue aujourd’hui sous le nom de Carrière des Lumières. On y extrait alors une pierre très appréciée dans la construction et connue sous le nom de pierre des Baux ou pierre de Fontvieille. C’est une roche calcaire (formée il y a 20 millions d’années) de couleur blanche avec de nombreux débris de fossiles marins.

Mais au lendemain de la Première Guerre Mondiale le déclin de la pierre de construction, remplacée par d’autres matériaux, mène à la fermeture de la carrière en 1935. ​​​​​​​

IMG_20190612_104544

IMG_20190612_132127

IMG_20190612_133242

IMG_20190612_144521

 

Dans les années 60, émerveillé par la beauté des lieux Jean Cocteau y tourne « Le Testament d’Orphée » et initie un regain d’intérêt pour l’endroit.

En 1977 ont lieu les premiers spectacles visuels en diapositives projetées sur les immenses murailles rocheuses de la carrière.

Et en 2012 naissent les Carrières de Lumières avec une première exposition numérique immersive intitulée « Gauguin, Van Gogh, les peintres de la couleur »

Et depuis, chaque année, Gianfranco Ianuzzi, Renato Gatto et Massimiliano Siccardi proposent un voyage musical dans le monde de la couleur d’artistes chaque année différents : Monet, Renoir, Chagall, Klimt, Michel-Ange, Léonard de Vinci, Raphaël, Chagall, Bosch, Picasso…

Cette année, les plus belles oeuvres de Van Gogh s’animent et prennent vie sur les parois calcaires de 15 mètres de haut, du sol au plafond suivi par un spectacle sur le Japon qui fascinait l’artiste.

Les deux spectacles sont sublimes et féériques.

IMG_20190612_103541

IMG_20190612_113416

IMG_20190612_134151

IMG_20190612_142452

 

 

 

Posté par sawatdika à 00:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,